L’Équateur au coeur des Andes

L’Équateur au coeur des Andes

26 novembre 2019 0 Par Petit Explo

Petit pays, mais il présente une merveilleuse collection de merveilles. Explorez la capitale coloniale, Quito, avant de plonger profondément dans la forêt nuageuse, où les colibris flottent et la tige des pumas. Ensuite, dirigez-vous vers les Andes et rencontrez les artisans indigènes d’Otavalo, puis partez d’Ibarra en train . Terminez votre aventure parmi la faune unique des Galápagos.

Quito

La lumière bleue perçant d’une aube de haute altitude rompt la vieille ville de Quito , car les chiens poursuivent des camionnettes transportant des marchandises sur le marché. Les camions callent dans les rues pavées de pierres, prélevées dans les pentes du volcan Pichincha qui se dressent au-dessus. Les commerçants soulèvent des volets, se déplaçant les uns aux autres alors que leurs marchandises sont exposées: des sachets de cumin et de cannelle; casseroles en aluminium; battant des tas de sabots de vaches; piñatas aux formes des licornes, Minnie Mouse et SpongeBob SquarePants.

Pixabay

Tous types de commerces on pris place dans ces rues escarpées et étroites. Devant les magasins, les femmes aux chapeaux de feutre et aux ponchos en laine déroulent leurs tapis sur les trottoirs. Afin de proposer du maïs, des pommes de terre et les avocats cultivés dans les villages qu’elles rejoignent chaque jour.

«Tout autour de nous, vous pouvez entendre chismes », explique un guide du quartier de San Roque. «C’est notre mot pour les secrets – les nouvelles et les potins – partagés par ces vendeurs, rapportés jusqu’à à notre capitale de toute l’ Équateur ». Dans un magasin se vend agua de vida , l’eau de la vie. Ce jus tonique et très doux est fabriqué à partir de 25 plantes, y compris les fleurs d’amarante qui donnent une couleur rose vif et des herbes qui viennent d’aussi loin que la forêt amazonienne.

Comme la plupart des gens du pays qui passent l’église peinte en blanche à la chaux de San Francisco , Les fidèles font le signe de la croix en entrant entre les massives portes en bois de l’église; certains touchent aussi les sculptures des dieux du soleil à son entrée, une action qui donne de l’énergie

La première pierre de l’église a été posée en 1535, peu de temps après que les conquistateurs espagnols soit arrivés d’Andalousie. Dans un changement pragmatique pour gagner le soutien local, les moines franciscains ont permis aux symboles religieux familiers au peuple Quitu de se fondre avec le catholicisme des forces envahissantes. Les conquistadors ont également apporté un style architectural maure de l’Afrique du Nord islamique, et ont vu leur richesse reflétée dans la dorure spectaculaire de l’intérieur; pour le peuple de Quito, l’or reflète le pouvoir éternel de leur dieu du soleil.

En marchant plus loin dans le quartier, quelques-uns des artisans qui habitent San Roque. Don Gonzalo Gallardo se spécialise dans la restauration des effigies religieuses: il nous montre un bébé en plastique Jésus a chanté dans un feu de maison, et un plâtre sans bras de Paris, la Vierge Marie a accidentellement frappé d’un sanctuaire de salon. César Anchala court Sombrerería Benalcázar, un magasin de chapeaux établi par son père il y a environ 65 ans. Il utilise les mêmes moules et fers pour former les variétés de chapeaux de feutre trilby à vendre. Il s’agit d’un commerce diversifié, vendant des masques à porter dans des festivals tels que Inti Raymi, dont les origines remontent aux Incas arrivés au 15ème siècle. Les masques représentent des démons légèrement terrifiants, plus quelques politiciens équatoriens.

Dans le marché de San Roque, une ligne s’est formée à l’extérieur de la fosse de Rosa Correa, malgré les cris venant de l’intérieur. Un jeune couple émerge derrière un rideau, les yeux agog. Comme beaucoup de clients de Correa, ils paient 8 $ par semaine pour un traitement visant à éliminer les contraintes et l’influence du «mauvais œil». Correa est un chaman de quatrième génération qui pratique une technique qui implique de fouetter ses clients avec une succession de plantes; Ses étagères sont empilées de piments, de soucis, de pétales de rose, de menthe et d’orties. Les anciennes croyances continuent à courir en profondeur, et de temps en temps piquent un peu.

La forêt des nuages

La musique de la jungle joue 3900 pieds en haut dans la forêt nuageuse chocó-andine. Rolling thunder met la ligne de basse. Les pétrins de pluie augmentent le rythme, les éclaboussures contre les lianes, les fougères des arbres et les bras de mousse épais et languissants. Le chirrissage des insectes se déchaîne énormément vers le haut et vers le bas dans le tangage et le rythme. Et puis, une fois que le squelch des bottes contre la boue rouge s’arrête, l’air se remplit d’un renversement inconnu.

Napa est maintenant entouré d’un flou émeraude, de rubis et de saphir de colibris, qui s’élargit hardiment des brumes pour s’approcher du ravitailleur qu’il vient de compléter avec du sirop de sucre. Un ordre hiérarchique est rapidement établi, littéralement avec un pincement à la tête d’une épine verte de taille d’abeille qui tente de pousser avant un cousin plus grand. «Ils sont tellement agressifs parce qu’ils doivent se nourrir en permanence», dit Napa. «Ils ont un tel métabolisme élevé, et les fleurs dont ils préfèrent se nourrir peuvent être étonnamment rares dans la forêt». Un oiseau prouve son empressement en planant à moins d’un pouce environ d’un motif floral sur un T-shirt, en regardant de près le hasard.

Parallèlement à l’Amazonie, le Chocó est l’autre forme de forêt humide de l’Équateur, arrosée par jusqu’à 20 pieds de pluie chaque année, alors que les nuages ​​tombent au large du Pacifique et se brisent contre les versants inférieurs des Andes. C’est l’un des environnements les plus humides et les plus riches en biodiversité de la Terre, menacé par la pollution des cours d’eau, l’agriculture de coupe et de brûlage et l’exploitation forestière illégale.

Napa était un agriculteur de subsistance, des arachides croissantes, du manioc et des bananes. Il a ensuite rejoint le commerce forestier. Il y a quatorze ans, une loge privée a été construite sur le site de la scierie locale, alors Napa est venu travailler ici à la place. C’est devenu un éco-hôtel, Mashpi, assis dans une réserve faunique de 2900 acres où une fois il y avait une concession forestière. La réserve se situe dans une zone tampon de 42 000 acres pour le développement durable, visant à offrir aux animaux les couloirs qui migrent entre les poches de forêt tropicale.

Napa a une connaissance intime de la forêt tirée d’avoir passé une grande partie de sa vie à se déplacer. Il prédit la ruée d’une caille de bois rufous-breasted par le moindre bruissement d’une feuille dans la sous-bois. Ensuite, il révèle une clairière sous une cascade à tuméfaction rapide où les lucioles aiment se rassembler la nuit.

Il indique un fruit aimé par Chocó toucans – un qui les rend un peu élevé – et un champignon connu sous le nom de doigts d’homme mort, qui peut être ouvert pour libérer une pommade antibiotique utilisée par les habitants pour guérir les yeux infectés. À un point de vue qui regarde à travers une vallée, avec un brouillard bas, Napa fait un appel féerique, et de loin vient la réponse. «Singes hurleurs», dit-il.

Des équipes de scientifiques sont maintenant basées en permanence dans la réserve de Mashpi, en recherchant ses nombreuses espèces de papillons, en envisageant de réintroduire des singes araignés à tête brulée et d’utiliser des pièges à caméra pour filmer les mammifères qui se cachent si bien dans la forêt dense. Certaines images montrent à quel point un invité a rencontré une rencontre rare. Tout d’abord, il révèle l’homme pour une promenade matinale décontractée, à quelques minutes de la loge. À l’insu de lui, les yeux d’un prédateur regardent – peu de temps après, un grand puma masculin curieux se cache derrière.

Otavalo

La route vers Otavalo rebondit dans les Andes, après des cochons noirs qui piquent dans la poussière et creusent des vaches qui paissent sur une herbe au genou. Les champs de fèves, de lupins et de maïs sont proches de la récolte, bordés par des agave farcies et leurs fleurs exotiques poussent vers le ciel. Là où le terrain devient trop raide pour l’agriculture, des pumas, des ours aux lunettes et des condors vivent encore.

Comme à Quito, les marchés d’Otavalo rassemblent des points pour les habitants de la campagne environnante. La messe aujourd’hui dans l’église principale se dit dans Kichwa, la langue indigène qui a évolué de la langue ancienne parlé par les envahisseurs incaïs qui ont ensuite succombé aux conquistadors. À l’extérieur, les gens locaux d’Imbaya recherchent tranquillement des clients payants, les hommes portant principalement des chapeaux de feutre sculptés de façon unique sur une seule longue queue de cheval tressée et les femmes avec des colliers de perles de verre enroulés dans des feuilles d’or, leurs ponchos bleu marine et leurs blouses blanches exquises – bordé de fleurs.

Le marché alimentaire quotidien est rempli de produits détruits des sols volcaniques fertiles des Andes: les mûres et les tomates, les plantains et la luzerne, tout le maïs et les haricots. Dans le couloir central du marché, le déjeuner commence à être servi. Les gens du coin savourent des bols de palourdes, une soupe de poulet, un pudding noir mélangé avec du popcorn et du hornado – le cochon entier rôti. Rosario Tabango affiche avec fierté le certificat qui déclare son hornado le meilleur de l’Equateur, présenté par le président du pays. Il est à virages crucifix et chewy, et intense avec du sel, de l’ail et de la fumée du bois sur lequel il a été rôti – réunis par Rosario en voyage dans les montagnes.

Bien que la robe d’Imbaya soit principalement utilisée par les vendeurs du marché de l’artisanat d’Otavalo, il est difficile de trouver ici. Depuis l’époque précolombienne, leurs ancêtres ont alimenté précisément les exigences de leurs consommateurs, et maintenant, cela signifie offrir des ponchos de polyester à néon, des T-shirts Che Guevara et des chapeaux Bob Marley à des touristes qui traversent brièvement.

Les métiers traditionnels sont bien mieux conservés dans les villages situés au nord-est d’Otavalo. Dans Agato, il y a un petit atelier en pierre bourré de simples métiers à tisser, des paniers de laine d’alpaga et une houille de guinée grinçante. À l’intérieur, Luz Maria Andrango tisse un guagua chumbi – une «ceinture pour bébé» utilisée pour resserrer le chemisier d’une femme d’Imbaya. Il est coloré avec des colorants naturels à base de coléoptères rouges, de lichen jaune, d’indigo et de noix riches et marron, et il faudra 10 jours pour terminer.

À proximité, Peguche est l’atelier de flûte de José Luis Fichamba, créé en 1969. «J’ai fait mes premières pipes à l’âge de 10 ans, et je les ai bientôt remis à mes amis afin que nous puissions former un groupe», dit-il. Le fils d’un tisserand et petit-fils d’un musicien, Fichamba fait toujours les paya (petits panpipes), le rondador (plus grands panpipes qui jouent deux notes à la fois) et la gaita (une longue flûte de bois typique d’Otavalo, jouée le plus souvent au Festival Inti Raymi).

Comme il offre une mélodie sur un rondador , il dit: «Quand je joue à cela, je me sens un homme très spécial, il n’y a pas trop de gens qui jouent le rondador en Équateur maintenant. Une fois qu’ils ont été entendus dans les Andes. La musique de Fichamba est exceptionnellement sincère, d’autant plus doucement belle pour son milieu de village avec des volcans enneigés au-delà – et loin de l’air le plus souvent joué sur les panpipes dans les bars de Quito: Abba’s ‘Dancing Queen’.

Ibarra

Accédez à un train d’une ville de montagne coloniale à une communauté afro-équatorienne établie parmi les champs de canne à sucre. Votre itinéraire passe près – et parfois à travers – les volcans.

Le Tren de la Libertad (Train de la Liberté) n’est pas pressé de partir. Une équipe de freins en uniforme en double denim vérifie les deux voitures rouges, se préparant à une forte descente à travers les Andes. L’heure de pointe du matin n’est jamais arrivée à Ibarra , la plus grande ville au nord de Quito. Des tabourets en bois sont placés au bord des rails, les cafés sont partagés, et les papayas, les journaux et les bonbons bouillonnés sont vendus aux passagers qui moulent à proximité.

Cet ancien avant-poste de la montagne coloniale a une histoire troublée. Le volcan Imbabura est considéré comme le protecteur sacré de la région, mais un tremblement de terre en 1868 a dévasté Ibarra. À la base du volcan est le lac Yahuarcocha – son nom signifie «lac de sang», en mémoire de 30 000 guerriers caranqui indigènes tués ici au 15e siècle par les forces de l’empereur Incan Huayna Capac.

Bells clonk et horns blare comme une ébullition d’activité. Les enfants sont enfilés dans la cabine du conducteur et les sacs sont chargés. La cérémonie de départ devient plus spectaculaire avec l’arrivée de deux cavaliers de motos, habillés comme des super-héros dans des combinaisons et des armures corporelles. Ils parcourent le train pour la première moitié de leur parcours, poussent grandement le bétail sur les pistes et obligent les camions chargés de canne à sucre à s’arrêter aux passages à niveau. Le train pénètre lentement dans la banlieue, les paumes se balançant au-dessus de la tête. Son parcours doit être bref mais scénique. Au cours des quelques heures nécessaires pour couvrir une vingtaine de miles, le train entre dans cinq tunnels coupés à la main au début du 20ème siècle et traverse deux ponts s’étendant sur des canyons profonds. Au fur et à mesure que l’élévation chute de 7200 à 5200 pieds, l’itinéraire passe des marécages, des plaines arides, des forêts de cactus et des bromélites géantes solitaires, avec une élévation de la température de 59 ° F à 86 ° F.

Les occupants du train reflètent à peu près la population de l’Équateur: 3 pour cent d’Afro-Équatoriens, 25 pour cent indigènes, et la majorité, connus sous le nom de mestizes, avec un mélange d’ascendance espagnole et indigène. La route s’élève et le train passe à travers les champs de la canne à sucre de l’horizon à l’horizon, puisque les prêtres jésuites ont d’abord créé des haciendas au XVIe siècle, peu de temps après l’arrivée des conquistadors. Les jésuites se rendirent bientôt compte que les esclaves d’Afrique pourraient être forcés de rassembler la canne plus efficacement que les travailleurs indigènes souvent plus petits. Le nom du service ferroviaire d’aujourd’hui reconnaît la liberté enfin accordée à ces esclaves au milieu du 19ème siècle.

Milena Espinoza est descendante d’esclaves qui a choisi de rester dans la paisible ville de Salinas , le point le plus éloigné de la route du train. Elle et ses amis font une danse de pompe pour débarquer des passagers, un traditionnel pour les Afro-Équatoriens; C’est une musique de fête avec un rythme facile. «Je dirais la pompe tout le temps si je le pouvais», dit-elle. «Nous sommes heureux de sauver les anciennes traditions. Ces jupons en coton sont comme des femmes de ménage une fois portés, et nous dansons avec des bouteilles sur nos têtes comme nos ancêtres l’ont fait – ils les ont gardés là pour empêcher les propriétaires d’esclaves de prendre leur alcool. Lorsqu’on lui a demandé ce que signifient les paroles de la chanson, Espinoza dit: «Ils sont toujours les mêmes. Ils disent que cette femme est noire et heureuse. Elle fait ces mouvements, donne un bisou à ses amis.

Un crapaud de Sally Lightfoot se couche sur un iguane marin © Philip Lee Harvey / Lonely Planet

Les îles Galápagos

Pixabay

Sous la forte lueur d’un coucher de soleil tropical, un groupe de chauffeurs de taxi se retrouve dans un jeu de volley-ball. Les petits enfants crient avec excitation et le pop-corn est consommé en quantité immense, car certains visiteurs inhabituels se joignent à la foule enthousiaste. Un lion de mer de Galápagos se déverse sur un banc par le port de Puerto Ayora , drapant ses auvents sur le bord et prétendant dormir – un oeil ouvert à la recherche d’une collation. D’une marée rapide, on déverse une horde de crabes Sally Lightfoot, leurs griffes écarlates sondant les roches pour la nourriture. Ils sont rejoints par des iguanes marins, avec des rides de museau car ils éternuent le sel absorbé pendant les plongées pour les algues.

Les Galápagos étaient connues sous le nom de Las Islas Encantadas – The Enchanted Islands – par les premiers explorateurs à arriver ici au 16ème siècle, et certains mythes sur eux persistent. Tout le monde ne se rend pas compte que cet archipel de 19 îles fait partie de l’Équateur, le continent situé à 600 milles dans le Pacifique. Et bien que la vie sauvage souvent unique et étrangement audacieuse capte toute l’attention, une population humaine de 30 000 personnes vit à côté de la moitié de la ville de Puerto Ayora, dans l’île centrale de Santa Cruz .

Beaucoup de rencontres sauvages classiques de Galápagos peuvent avoir lieu sur Santa Cruz plutôt que de se lancer rapidement sur une croisière, comme le font la plupart des visiteurs. «Tout le monde est heureux maintenant, il y a tellement de nourriture», dit Ramiro Jácome Baño, un guide naturaliste officiellement sanctionné par le parc national des Galápagos. C’est la saison chaude et humide, une période d’abondance. Baño pointe sur les bosquets d’herbes qui ont poussé autour de Cerro Dragón, un pic volcanique à la fourmi issu des anciens coulées de lave sur la pointe nord-ouest de Santa Cruz. ‘Arrêtez!’ il avertit de façon spectaculaire que l’iguane terrestre mâle se déchaussera sur le chemin à parcourir, avec une peau jaune resplendissante. On croit que les iguanes terrestres endémiques et les iguanes marins des Galápagos ont partagé des ancêtres qui ont atterri ici après un excellent voyage en mer. «Ils ont évolué à partir des iguanes verts que vous trouverez sur le continent équatorien, dit Baño. «Ceux-ci auront tous un passage à niveau, ou plus probablement dérivés de la végétation».

À la station de recherche Charles Darwin sur Santa Cruz, une réussite sur la conservation se déroule. Plus de 3000 tortues géantes ont été élevées depuis des éleveurs jusqu’à une taille où ils peuvent résister à l’attaque d’espèces envahissantes comme les chats, les cochons ou les chiens introduits par les marins passants. Les tortues adolescentes sont libérées dans la nature et peuvent vivre jusqu’à l’âge de 200 ans. Aujourd’hui, au chaud au midi, elles se retrouvent comme des rochers majestueux dans les bassins de boue de la Réserve d’El Chato Tortoise . Les créatures avec des vies plus rapides s’embrassent: les pinsons de Darwin, se manifestant les uns contre les autres, car les hiboux à oreilles courtes surveillent d’en haut.

La diversité des oiseaux de Santa Cruz peut également être observée au Finch Bay Eco Hotel, une courte promenade en taxi depuis Puerto Ayora. Les invités partagent le bar en plein air avec des mockbirds de Galápagos qui chassent des geckos minuscules, et la piscine avec une famille de canards à queue blanche. La plage de Puerto Ayora se trouve juste au-delà; là, les gens du coin refroidissent en éclaboussant sur des flotteurs gonflables, ou attachent des tubas pour rechercher des créatures tout aussi remarquables que la faune terrestre. Dans une petite palette, on peut voir une tortue verte du Pacifique pâturant sur des algues, et un trio d’aigle glisse en parfaite formation.

Partir en voyage en Equateur

L’Équateur est un pays chevauchant l’équateur, sur la côte ouest de l’Amérique du Sud. Ses paysages variés regroupent jungle amazonienne, hauts plateaux andins et îles Galápagos, riches d’une faune abondante. Située sur les contreforts des Andes, à une altitude de 2 850 m, se trouve Quito, la capitale. La ville est célèbre pour son centre colonial espagnol quasiment intact, et ses palais et centres religieux décorés des XVIe et XVIIe siècles, comme la superbe église de la Compagnie.

Intitulé officiel du pays : République de l’Équateur

Capitale : Quito (2,7 millions d’habitants). Guayaquil est la 2e ville la plus peuplée avec environ 3 millions d’habitants.

Population : environ 17 000 000 habitants.

Fête nationale : Le 24 mai

Décalage horaire : De 6h à 7h de décalage par rapport à la France selon la saison. Quand il est 12h à Paris, il est 5h du matin (durant notre heure d’été) ou 6h (en hiver) à Quito. L’heure est la même dans tout le pays, excepté aux Galápagos (- 1h).

Pour info : le soleil se lève vers 6h et la nuit tombe vers 18h, toute l’année.

Les langues : Espagnol,

En plus de l’espagnol, qu’ils apprennent à l’école, la langue de la plupart des indigènes de la Sierra est le quichua, une variante du quichua parlé au Pérou, et celles des populations de l’Oriente (Amazonie) le waorani ou le shuar (ou le kichwa d’Amazonie !).

La Monnaie : le dollar américain (qui a remplacé le sucre en septembre 2000).

Religion : catholique 80 % ; autres courants (principalement chrétiens) 12 % ; sans affiliation 8 %.

Climat : L’Équateur se trouvant… à l’équateur, le climat est de type équatorial, du moins de part et d’autre de la cordillère des Andes. ur

Superficie : 283 560 km².

Formalités et Visas : Pas besoin de visa pour les ressortissants français, belges, suisses et canadiens séjournant moins de 3 mois dans le pays pour raisons touristiques. Il suffit de présenter un passeport valable 6 mois après la date du retour. Possibilité de faire prolonger sur place son séjour de 1 ou 2 mois par l’intermédiaire du service de l’immigration.

Pour ceux qui envisagent de rester plus de 3 mois, il existe aussi un visa valable 6 mois. Bien se renseigner sur les pièces à fournir. Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, sachez qu’il est possible d’obtenir le visa par correspondance

Précautions à prendre :

Pour d’ autres renseignements consulter les conseils aux voyageurs et informations auprès du ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/

Quand Partir :

  • sur la côte : de juin à novembre (saison sèche) ;
  • dans la Cordillère : entre juin et août ;
  • du côté de l’Amazonie : de novembre à février ;
  • sur les îles Galápagos : de janvier à mai. Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco : la vieille ville de Quito ; le centre historique de Cuenca ; le parc national Sangay ; le chemin de l’Inca (Capac Ñan) ; les îles Galápagos ; Quito.

Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco : la vieille ville de Quito ; le centre historique de Cuenca ; le parc national Sangay ; le chemin de l’Inca (Capac Ñan) ; les îles Galápagos ; Quito.